Pourquoi n’a-t-on pas informé les citoyens plus tôt sur le projet de l’UTV 65 ?

Rappelons tout d’abord que la décision de réaliser une unité de traitement et de valorisation des ordures ménagères résiduelles est inscrite dans le PDEMA (Plan Départemental d’Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés). Or, ce document a été soumis à enquête publique. Il a même été diffusé pour avis à tous les maires des communes et n’a suscité aucune remarque négative, ni aucune opposition.

Bien évidemment, on ne saurait reprocher aux citoyens de ne pas avoir pris connaissance d’un document d’une centaine de pages, dont l’existence n’est pas forcément connue de tous. Mais à minima, les associations qui interviennent dans le domaine de l’environnement et qui se positionnent comme des défenseurs des citoyens ont eu largement l’opportunité de le faire. Aucune d’entre elle n’a manifesté une quelconque désapprobation ! On ne peut donc que s’étonner que ces associations, parmi lesquelles l’ADRISE, contestent aujourd’hui une décision contre laquelle elles auraient pu s’opposer dès 2010 !

Par ailleurs, concernant l’information sur le projet de l’UTV 65 de Bordères sur l'Échez, un premier article est paru dès juillet 2009, dans la Semaine des Pyrénées, alors que le projet n’en était encore qu’au stade des études préliminaires. D’autres articles ont été publiés depuis. Vous pouvez tous les consulter sur ce site. Accuser le SMTD 65 de ne pas avoir informé les citoyens, c’est sans doute lui faire un mauvais procès d’intention !